Répondre au commentaire

Copie intégrale du couriel

Copie intégrale du couriel reçu de la part "Dhamma Mahi Centre de Méditation" et signé de Mr Claude Chopin (que je ne pense pas connaître)

Vous avez exprimé une sévère critique et je vais essayer de vous donner quelques explications, en espérant qu'elles ne soient ni trop longues ni trop ennuyeuses.
Non pour vous convaincre mais pour vous aider à mieux comprendre quelles sont nos motivations et peut-être aussi aider à apaiser votre ressentiment ou colère notre égard.

Tout en essayant de me garder de porter un jugement de valeur.

Vous avez parfaitement raison lorsque vous dites que le cours est une épreuve physique et psychologique.

Ce n’est pas sans raison que, sur une demande d’inscription ainsi que sur le formulaire que l’on remplit le jour de son arrivée, l’on indique en signant que l’on comprend que participer à un cours de méditation Vipassana est un engagement sérieux et que l’on affirme avoir une santé mentale et physique suffisamment bonne.

Egalement au début d’un cours on veut être sûr que le code de discipline (dans la brochure « Introduction à la technique et code de discipline pour les cours pour les cours de méditation ») a été lu attentivement.

Si en se couchant à 21h30 ou 22h pour se lever à 4 heures du matin vous avez manqué de sommeil car 6 à 6 heures 30 par nuit ne vous suffisent pas, vous a-t-on empêché de faire une sieste après le déjeuner pendant cette période de repos comme le font certains ?

Pour les repas, l’activité physique étant réduite au minimum, nous conseillons de ne pas trop manger pour éviter de somnoler durant les heures de méditations, mais chacun fait selon son appétit et nous ne nous rationnons les repas des méditants. En dehors de la collation de 17 heures qui est frugale, vous a-t-on empêché de manger à votre faim ?

Il y a régulièrement des personnes qui pour des raisons de santé (diabète, ulcère gastrique, femme enceinte, etc) prennent quatre repas par jour lors d’un cours de dix jours, mais pour ceux qui sont en bonne santé il n’y a aucune raison de faire cela.

Cet aspect d’une tradition multimillénaire aide à la pratique de la méditation. Néanmoins, bien que chacun fasse ce qu’il veut dans la vie quotidienne et que nous ne cherchions pas à contrôler ce que font les gens chez eux, nous interdisons formellement à toute personne tentée par une attitude extrême de jeûner durant un cours de méditation Vipassana.

Quant au silence, comme vous l’avez probablement compris, il est partie intégrante de cette technique de méditation. Non pas pour brimer les méditants en les rendant dociles comme des moutons, afin de les manipuler à loisir, mais parce que cela aide beaucoup au travail d’introspection que l’on fait à l’intérieur de soi-même. Le Bouddha lui-même, après avoir quitté la vie royale et avant d’atteindre l’illumination, fut un ascète silencieux, un « mouni » comme on les appelait à cette époque antique. Cela ne date pas d’aujourd’hui.

Certains méditants respectent scrupuleusement l’importance du silence, tandis que parfois d’autres ne peuvent pas s’empêcher de parler entre eux en cachette. Il n’y a pas de caméras de vidéosurveillance pour vérifier et contrôler tout ce qui se passe. Toutes les règles sont basées sur l’autodiscipline, et même les limites du cours dont il ne faut pas sortir sont de simples cordes vertes. Pensez-vous honnêtement que des personnes soient séquestrée ?

Les objets de valeurs ne sont pas confisqués. Il est recommandé de laisser aux organisateurs ses papiers (identité, argent, etc) afin de les mettre en sûreté dans un coffre, mais ce n’est pas obligatoire et certains préfèrent les garder avec eux dans leur chambre. C’est leur choix. Mais si l’on a avec soi des objets tels que ceux décrits dans la lettre d’acceptation qu’il ne faut pas apporter sont au centre (objets religieux, livres, etc), il est obligatoire de les laisser aux organisateurs durant le cours, et ils sont restitués le dixième jour.

Nombre de personnes, même si elles ont des doutes à un moment ou un autre, font confiance à l’enseignement, ainsi qu’à l’enseignant et aux bénévoles qui assurent le service des cours. Bien sûr affirmer cela n’est pas une garantie contre l’absence de manipulation.

A notre époque en Europe et dans le monde, des dizaines de milliers voire des centaines de milliers de personnes participent chaque année à des cours de dix jours. C’est difficile mais c’est possible.

Notre domaine est la méditation Vipassana, pas la religion ni la philosophie ni la psychologie ni la médecine. On vient à un cours pour apprendre cette technique de méditation, ou pour l’approfondir.

C’est tout. Toute discussion philosophique ou religieuse (voire politique) est exclue. C’est annoncé clairement , cela ne devrait être une surprise pour personne.

Il est exact que les discours ne sont pas soumis à débat, car ce n’est pas le lieu pour débattre. Chacun est libre d’accepter ou de refuser les explications théoriques du soir qui sont soumises à notre entendement afin de mieux comprendre ce que nous apprenons à pratiquer, comment et pourquoi nous le pratiquons.

Certains trouvent les discours merveilleux, alors que d’autres comme vous peuvent les trouver infantilisants. Vous n’avez entendu que les trois premiers et n’avez pas appris à pratiquer Vipassana, seulement Anapana qui est un travail préparatoire à Vipassana. Ainsi vous pouvez en toute liberté porter un jugement sur le tiers d’un cours de dix jours, mais en aucun cas sur le « kit complet ».

J’ai souvenir il y a quelques mois d’un méditant, docteur en physique, ayant pratiqué d’autres méditations dans un ashram en Inde dans le passé, et qui pestait contre les discours dont certains aspects lui déplaisaient fortement et sur lesquels il aurait voulu disputer. A ma surprise cela ne l’empêcha pas d’aller jusqu’au bout du cours, ce dont il fut reconnaissant, car tout bien considéré il n’avait rien à redire sur la pratique elle-même dont il avait pu faire l’expérience.

Le but d’un cours de Vipassana n’est pas d’atteindre le repos de l’esprit et le calme mental. Cela est très utile, c’est pourquoi on pratique Anapana au début d’un cours. Vipassana a pour but de purifier l’esprit jusque dans les niveaux les plus profonds de l’esprit dit inconscient, ce que ne peux faire une introspection purement intellectuelle. Et de vivre une vie plus paisible, plus harmonieuse, plus équilibrée, en affrontant les hauts et les bas avec un esprit équilibré. Ultimement c’est la libération de toutes les souffrances de l’existence.

J’ignore à quoi vous pensez lorsque vous évoquez votre grande expérience personnelle, en nous accusant de manipulation et d’abus de confiance. Et quelle ou quelles intentions cachées vous nous prêtez. Nous annonçons ce que nous faisons et nous faisons ce que nous avons annoncé.

Il arrive que des personnes temporairement très fragilisées par la vie, ou dépressives ou en deuil, fassent une demande de cours, et régulièrement nous leur conseillons d’attendre quelque temps (par exemple une année) car ce n’est pas le bon moment pour elles.

Il y a eu en France nombre de scandales relatifs à des sectes dans les années passées.

Comme vous l’avez lu les cours de dix jours durant lesquels on vient apprendre cette technique de méditation sont ouverts à toutes et à tous. Ils sont dénués de mercantilisme et entièrement gratuits car financés par les dons d’anciens étudiants reconnaissants souhaitant que d’autres puissent bénéficier de ce qu’ils ont eux-mêmes reçu gratuitement.

Je vous laisse juge si notre tradition qui remonte à l’enseignement du Bouddha dans sa pureté originelle est compatible avec un comportement et une organisation sectaires.

Les informations personnelles vous concernant sont déjà ou seront supprimées de notre logiciel d’inscription (il s’agit d’une procédure de routine que nous faisons lorsqu’un nouvel étudiant ne participe pas au cours en entier).

Je vous souhaite de trouver l’apaisement auquel vous aspirez, et de réussir dans votre épanouissement et développement personnel.

Bien cordialement,
Claude Chopin

Répondre

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.