Répondre au commentaire

Yoga Sutra Patanjali I- 12 à 16



Cloitre de Moissac

Yoga Sutra I-12 à 16 - L’arrêt des manifestations (la pensée, le mental) vient de l’investigation et du détachement. La pratique est ce qui rend cet arrêt solide, pérenne. La pratique se construit dans la régularité, la ferveur et la dévotion. La pérennité prend également racine dans les cœurs purs et sans désir. L’ouverture totale du cœur prend racine dans l’équanimité vis-à-vis de ce qui se manifeste.

Commentaire
La pensée a une fonction : nommer. Si vous avez besoin d’identifier ou de qualifier, la pensée trouve son emploi fonctionnel.
Mais la recherche de vérité ne peut être approchée par une pensée, une idée, un concept.
Le blanc n’existe que par son opposé, le noir. Tout concept a son opposé. Ce qui n’a pas d’opposé, le Un sans second, l’Essentiel, ne peut pas être approché par le raisonnement.
La pensée ne peut pas aborder l’impensable.

Quand je suis sans intention, je pressens un courant d’apaisement, de profonde satisfaction, sous-jacent à toutes les vicissitudes de la vie. Se donner à ce courant, à cette évidence, sans jamais chercher à le comprendre, à se l’approprier crée une très grande relaxation corporelle.
Quand on se rend disponible à ce qui est, ce qui juste là était peur et désir devient beauté et joie. Pour que l’ouverture à la vérité devienne concrète, la pensée doit cesser en nous.
Pratique
Ancrer la pratique dans la régularité. Pratiquer avec ferveur, détaché des résultats. Debout, en équilibre, salutation soleil, en inversion, en extension arrière, en torsion, en assise. Une pratique régulière ? Contention par l’habitude, abandon à une discipline régulière, amène à la libération de l’Esprit. Mais quand l’habitude et la règle emprisonne l’esprit, la contention devient détention.
Citations
La (pratique de la) méditation n’est pas le moyen d’accéder à une fin : c’est une fin en soi. Pour qu’il y ait méditation, celui qui médite doit cesser d’exister. J Krishnamurti
Quelle est cette blessure que l’égo ne sait pas guérir ? L’égo ne sait pas guérir ce sentiment de séparation, dont il en est lui-même l’auteur. Il ne peut pas guérir la solitude. Il ne peut pas guérir sa propre terreur primordiale de la non-existence. R Moss
Q : Pourquoi avez-vous fait le vent ? R J’avais perdu mon éventail, dit Dieu ! JL Fournier

Répondre

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.