Répondre au commentaire

Yoga en vérité



I-3 drashtu_256x152.jpg

Centre pénitentiaire de Grenoble - Varces
Séance ce 25 oct dans la petite salle, la grande salle étant occupée par atelier théâtre.
Pour moi ça me fait du bien de partager ça avec vous. Merci d’être là !

Une seule personne au rdv à 14h30, Mohamed, donc … roule comme ça pour une séance individuelle. Très peu de bruits extérieurs, donc parfait. Mohamed, bel athlète 1m85 et 120 kg, annonce une douleur sous les deux omoplates et le long de la colonne vertébrale jusqu’au milieu du dos.

Donc travail postural au sol sur deux tapis mis cote à cote (un ou deux c’est le même prix), notamment posture du sphynx, puis torsion avec le ventre au sol, puis avec le dos au sol ,et mouvements articulation bassin, notamment apanasana.

Posture dynamique, puis statique avec comme bhavana de respecter la zone infra douleur, puis contraction du dos 30 secondes et augmentation de l’étirement. Dans la partie finale j’ai intensifié la torsion par appui sur le corps. Durée totale, avec les contre postures, environ 45 mn.
Puis temps d’observation et de silence en restant allongé sur le dos. Il avait l’air confortable Et là, sans aucune injonction de ma part, il s’est mis à parler en flux continu, pendant 10 mn, les yeux fermés. J’ai sauté sur mon stylo et voilà ce que j’ai pu capter.

« Je suis content, je me concentre sur la douleur, quand je contracte et que je relâche. Je sens que ça vit. Je sens comme un flux qui entre. Ça se passe le long des fesses, jambes et lombaires. Et ça remonte le long de la colonne. Ça refait le même chemin un peu après (AW répétition de la posture ?), en concentrant bien, j’arrive à sentir l’énergie qui se déplace. Comme si je marchais et je me sens vivant. Pendant la posture, les portes de l’énergie se sont ouvertes.
Ca fait du bien. Même à un moment j’ai oublié où j’étais. Si on fait ça dans le calme total, on aurait l’impression de prendre la place de notre âme qui voyage dans le corps. On a l’impression de voir visuellement. On ressent quelle partie est débarrassée. Quelle partie on a fait du bien.
Comme si on était porté par un nuage de coton. Je ne ressens plus la dureté du sol, mais la mousse sous le tapis qui s’écrase sous mon poids. (AW il fait 120 kg !)
Pour mes poumons c’est comme si j’avais jamais fumé, comme si ils étaient tout neufs, Je ressens le sang distillé dans les bronches. Je laisse le sang faire son travail. J’ai l’impression qu’il n’y a que la tête qui pourrait encore bouger. Mon corps est une éternité de bonheur. Il est comme une pâte à pizza qui s’étale, fine, douce ».

L’image de la pâte à pizza me fait émettre un petit rire, Mohamed ouvre alors les yeux, me vois en train d’écrire alors il repart :

« La colonne est détendue, j’ai l’impression qu’elle me dit merci de lui avoir fait du bien, d’avoir fait les bons mouvements. Il y a la douleur qui s’agrippe. Mais elle se décolle à chaque expire, et à l’inspire c’est du bien être qui vient. Comme si le poumon donnait de l’énergie au bon endroit où j’avais mal. Comme si le mal était sorti par les pieds. Comme si le désespoir était sorti par les pieds. Comme si l’encombrent était sorti par les pieds. Comme si les maux étaient sortis par les pieds. Comme si tout avait lâché. Comme si j’étais un dromadaire et qu’on m’avait enlevé le chargement. Suis allongé sur le sable avec le fardeau posé au sol à coté de moi. »

Plus tard, une fois debout Mohamed répète en boucle merci André et m’affuble d’un surnom : le laveur de désespoir. Votre méthode, on peut la comparer à un extincteur venant recouvrir de son bonheur les flammes qui nous font tant de mal. C’est ce que m’a fait la fin de la séance ( AW : petite visualisation très courte 2/3 mn). La mousse d e l’extincteur, une fois refroidit, s’évapore et prend avec elle les fumées et les cendres. Merci merci Merci. »

Alors j’ai ouvert la fenêtre. Il a compris pourquoi et tous les deux on a balayé le tapis avec de grands gestes en moulinets des bars et des mains et on a jeté dehors … tous les samskaras / encombrements dont il venait de se libérer.

Répondre

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.