Répondre au commentaire

Kriya Yoga –Bhagavad-Gita – 9 – AW 2019 03 25



Kriya Yoga –Bhagavad-Gita – 6 – AW 2019 02 25_350.jpg

BG : Chant IV - 3
Krishna à Arjuna : Sans nombre ont été mes naissances, sans nombre ont été les tiennes. Je me souviens de chaque vie, toi seulement de celle-ci.

YS II 12 à 15
Mais quand ils (les kleshas, les causes de perturbation) sont installés en profondeur, jusqu’à la racine, alors ils déterminent tous les actes (karma) (12). Etant à la racine même, les instabilités se répètent en toutes occasions et dans tous types d’expériences vécues (13). C’est le cycle de la dualité : exaltation - dépression, sacré - impur (14). Pour dire clairement (vivekhin) les choses, la souffrance est alors inévitable. Même les composantes énergétiques fondamentales (les trois gunas) sont soumises à ce jeu de fluctuation des états transitoires, éphémères et antagonistes (15). Il n’y a que la souffrance à venir qui peut être évitée (16), en arrêtant de confondre ce qui perçoit et ce qui est perçu (17).

Commentaires

On ne peut pas éviter la souffrance quand la cause de la perturbation s’est installée en profondeur (pathologie, addiction, obsession). Ainsi se répètent régulièrement les cycles de la souffrance, les comportements addictifs et émotions dévastatrices.
Asmita, le moi, a un projet de transformation pour « sa » vie, le monde, « son » corps, « son » psychisme. Il ne voit pas la vie, il voit « son » projet de transformation. Il voit ce qui devrait être. Il vit dans le fantasme de ne plus souffrir alors qu’il est lui-même cause de la souffrance.
Dissocier le voyant et le vu. Dissocier ce qui perçoit de ce qui est perceptible. Dissocier le spectacle et le spectateur. La bonne nouvelle de Patanjali est dans le sutra 17 : éliminer les causes profondes de perturbations est possible C’est le regard désidentifié qui évite la perturbation à venir. Je ne suis bien plus que ce moi que je perçois. C’est sur ce processus de désidentification qui est à la base de l’enseignement que j’ai reçu .

Il n’y a que la souffrance à venir qui peut être évitée en arrêtant de confondre ce qui perçoit le souffrant et le souffrant qui est perçu.

Répondre

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.