Vipassana à Dhamma Mahi



Goenka

Je devais suivre un cours de méditation Vipassana à Dhamma Mahi, dans la région d'Auxerre pendant 10 jours, du 23 février au 6 mars.
J'ai quitté ce cours au bout de trois jours.
Une semaine après, et avec le recul nécessaire, voici quelques lignes essentielles qui tentent d'exprimer pourquoi avoir quitté de manière anticipée le cours.
Ceci n'est bien sûr que mon ressenti, lié à une seule expérience. Si d'autres expériences contradictoires peuvent s'exprimer ici, you are very welcome.

1 J'étais venu assister à un stage de méditation. Je me suis retrouvé à subir un enseignement bouddhiste, dans un contexte pervers, car la clarté intellectuelle de tous les stagiaires (env 80 personnes) est affaiblie car :

2
- très peu de sommeil, peu de nourritures, confrontation au silence relationnel absolu.
- aucune confiance préalablement établie entre les participants
- ni entre les participants et le staff d'accueil ou d'enseignement,
- accueil par des mots dépersonnalisés, i.e. lecture froide 'un texte imprimé
- confiscation des objets de valeurs personnelles,
- interdiction absolue de communiquer entre stagiaires
- interdiction absolue d'échanger par le regard ou par le geste, etc ...

3
Comme dans tous lavages de cerveau, l'enseignement est froid et mécanique,
- hors de tout relationnel
- programmé comme un ordinateur,
- hors de toute humanité / convivialité
- discours ne déviant pas d'un iota de la "vérité" du maitre "bouddhiste" SN Goenka
- énoncé d'une vérité sans visage, car issue d'une voix off sur CD de SN Goenka,
- s'adressant à des stagiaires "objets" déresponsabilsés
- auxquels il est interdit de manifester toute réactivité physique ou émotionnelle, par exple pas le droit de s'étirer après deux heures d'assise.
- Le discours infantilisant du soir (SN Goenka sur CD) n'est jamais soumis à débat.

Mon expérience personnelle me fait dire ici que je ne recommande pas les méthodes d'enseignement telles que mises en œuvre à Dhamma Mahi lors de mon séjour. Elles m'apparaissent comme relevant de la manipulation et de l'abus de confiance.

Sincèrement

André Weill / http://www.andreweill.fr

vous avez bien fait de partir

vous avez bien fait de partir de là André!!
la description que vous faites de ces premiers jours, fait froid dans le dos
heureusement , fort de votre expérience vous n'êtes pas tombé dans le piège de cette manipulation
et de la robotisation de l'individu ....
J'étais un peu étonnée aussi de vous revoir aussi rapidement sur FB !!!!
Amitiés
Danielle

Evidemment, il fallait se

Evidemment, il fallait se tirer et vite !
Et le dire autour de soi, comme tu le fais, pour que le moins possible de gens ne tombent dans le piège...
Merci André
amitiés,
J F

Deux retours sur email

Deux retours sur email

Nathalie H - 38 /
Salut Ptt pere,
eh eh, sympa ton témoignage, ce sont les échos que j'ai eu des copines ayant
participé, et de Jacques Vigne, que c'est de l'isolement assez extreme, et
enregistré... T'as eu de la chance qu'ils te laissent partir.... : )) et tu
as raté la fin où tu es fortement sollicité pour t'investir a ton tour
benevolement pour faire tourner la boutique, parait-il !

Jean-François M - 38
André,
merci pour ce témoignage et cette mise en garde. Je comprends.
En novembre j'étais en inde pour participer notament à une semaine de méditation auprès d'un grand "maitre".
Mais lorsque j'ai compris qu'il fallait se prosterner et se taire , j'ai repris ma liberté.

retours de Robert et Josianne

retours de Robert et Josianne - 38
Robert
"Il y a bien longtemps, j'ai suivi un stage Vipassana de onze jours près
d'Auxerre. je ne m'y suis jamais senti contraint, puisque j'avais accepté
librement activités et règles de vie. Il a contribué à me renvoyer à
moi-même et je crois que j'en ai gagné un peu plus d'humilité : ressentir
mes limites en position de méditation entre deux marches libératrices. Je
l'ai vécu positivement et il m'a permis des ouvertures par rapport à un
monde où les" bruits" tentent de m'enserrer. J'en ai retiré entre autres
des bienfaits : peu parler, savoir écouter et observer. le onzième jour,
j'ai pu échanger plus profondément avec mon compagnon de chambrée que
j'avais commencé à connaître par le silence, par l'attention aux gestes et
l'intuition."
Josiane
"Je n'ai pas fait personnellement le stage, mais je connais plusieurs
personnes en Inde et en France qui en ont retiré de grands bienfaits. Plus
particulièrement une amie danseuse de Bharata Natyam comme moi, qui a aussi
pratiqué assidûment le yoga. Elle a participé à de nombreuses sessions et
m'a dit être allée profondément en elle et avoir éprouvé pendant le service
en retour un bonheur immense en regard duquel la danse n'est rien. Et
pourtant, l'une comme l'autre nous éprouvons une joie intense dans la danse
qui est la passion de notre vie.

Retour de Florence V 38 merci

Retour de Florence V 38
merci André pour ton témoignage clair et précis qui me permettra un appui solide pour les personnes que je rencontre régulièrement et qui ne sont pas resté comme toi mais qui en sont reparti avec un fort sentiment de culpabilité et d'echec. Donc je renverrais sur ton témoignage, c'est bien.
Je voulais aussi te préciser que si tu souhaites faire une expérience vipasanna enrichissante avec des enseignements qui ont du sens et une proposition de pratique pas aliénante, tu peux essayer Charles et Patricia Genoud, site de vimalakirti (ou tu peux même télécharger des enseignements pour te rendre compte) ils proposent régulièrement des stages à Montchardon.
Et je peux témoigner qu'il existe des approches intelligente de vipasanna et que j'en ai une expérience personnelle positive dans ma vie depuis 6 ans maintenant.

Retour de Pierrette P -

Retour de Pierrette P - 38
Merci,André, pour cette information "démystifiante". Avec mes 30 ans de YOGA, et 20 d'enseignement, je n'aurais pas tenu 3 jours !!!
Amitiés. Pierrette.

Copie intégrale du couriel

Copie intégrale du couriel reçu de la part "Dhamma Mahi Centre de Méditation" et signé de Mr Claude Chopin (que je ne pense pas connaître)

Vous avez exprimé une sévère critique et je vais essayer de vous donner quelques explications, en espérant qu'elles ne soient ni trop longues ni trop ennuyeuses.
Non pour vous convaincre mais pour vous aider à mieux comprendre quelles sont nos motivations et peut-être aussi aider à apaiser votre ressentiment ou colère notre égard.

Tout en essayant de me garder de porter un jugement de valeur.

Vous avez parfaitement raison lorsque vous dites que le cours est une épreuve physique et psychologique.

Ce n’est pas sans raison que, sur une demande d’inscription ainsi que sur le formulaire que l’on remplit le jour de son arrivée, l’on indique en signant que l’on comprend que participer à un cours de méditation Vipassana est un engagement sérieux et que l’on affirme avoir une santé mentale et physique suffisamment bonne.

Egalement au début d’un cours on veut être sûr que le code de discipline (dans la brochure « Introduction à la technique et code de discipline pour les cours pour les cours de méditation ») a été lu attentivement.

Si en se couchant à 21h30 ou 22h pour se lever à 4 heures du matin vous avez manqué de sommeil car 6 à 6 heures 30 par nuit ne vous suffisent pas, vous a-t-on empêché de faire une sieste après le déjeuner pendant cette période de repos comme le font certains ?

Pour les repas, l’activité physique étant réduite au minimum, nous conseillons de ne pas trop manger pour éviter de somnoler durant les heures de méditations, mais chacun fait selon son appétit et nous ne nous rationnons les repas des méditants. En dehors de la collation de 17 heures qui est frugale, vous a-t-on empêché de manger à votre faim ?

Il y a régulièrement des personnes qui pour des raisons de santé (diabète, ulcère gastrique, femme enceinte, etc) prennent quatre repas par jour lors d’un cours de dix jours, mais pour ceux qui sont en bonne santé il n’y a aucune raison de faire cela.

Cet aspect d’une tradition multimillénaire aide à la pratique de la méditation. Néanmoins, bien que chacun fasse ce qu’il veut dans la vie quotidienne et que nous ne cherchions pas à contrôler ce que font les gens chez eux, nous interdisons formellement à toute personne tentée par une attitude extrême de jeûner durant un cours de méditation Vipassana.

Quant au silence, comme vous l’avez probablement compris, il est partie intégrante de cette technique de méditation. Non pas pour brimer les méditants en les rendant dociles comme des moutons, afin de les manipuler à loisir, mais parce que cela aide beaucoup au travail d’introspection que l’on fait à l’intérieur de soi-même. Le Bouddha lui-même, après avoir quitté la vie royale et avant d’atteindre l’illumination, fut un ascète silencieux, un « mouni » comme on les appelait à cette époque antique. Cela ne date pas d’aujourd’hui.

Certains méditants respectent scrupuleusement l’importance du silence, tandis que parfois d’autres ne peuvent pas s’empêcher de parler entre eux en cachette. Il n’y a pas de caméras de vidéosurveillance pour vérifier et contrôler tout ce qui se passe. Toutes les règles sont basées sur l’autodiscipline, et même les limites du cours dont il ne faut pas sortir sont de simples cordes vertes. Pensez-vous honnêtement que des personnes soient séquestrée ?

Les objets de valeurs ne sont pas confisqués. Il est recommandé de laisser aux organisateurs ses papiers (identité, argent, etc) afin de les mettre en sûreté dans un coffre, mais ce n’est pas obligatoire et certains préfèrent les garder avec eux dans leur chambre. C’est leur choix. Mais si l’on a avec soi des objets tels que ceux décrits dans la lettre d’acceptation qu’il ne faut pas apporter sont au centre (objets religieux, livres, etc), il est obligatoire de les laisser aux organisateurs durant le cours, et ils sont restitués le dixième jour.

Nombre de personnes, même si elles ont des doutes à un moment ou un autre, font confiance à l’enseignement, ainsi qu’à l’enseignant et aux bénévoles qui assurent le service des cours. Bien sûr affirmer cela n’est pas une garantie contre l’absence de manipulation.

A notre époque en Europe et dans le monde, des dizaines de milliers voire des centaines de milliers de personnes participent chaque année à des cours de dix jours. C’est difficile mais c’est possible.

Notre domaine est la méditation Vipassana, pas la religion ni la philosophie ni la psychologie ni la médecine. On vient à un cours pour apprendre cette technique de méditation, ou pour l’approfondir.

C’est tout. Toute discussion philosophique ou religieuse (voire politique) est exclue. C’est annoncé clairement , cela ne devrait être une surprise pour personne.

Il est exact que les discours ne sont pas soumis à débat, car ce n’est pas le lieu pour débattre. Chacun est libre d’accepter ou de refuser les explications théoriques du soir qui sont soumises à notre entendement afin de mieux comprendre ce que nous apprenons à pratiquer, comment et pourquoi nous le pratiquons.

Certains trouvent les discours merveilleux, alors que d’autres comme vous peuvent les trouver infantilisants. Vous n’avez entendu que les trois premiers et n’avez pas appris à pratiquer Vipassana, seulement Anapana qui est un travail préparatoire à Vipassana. Ainsi vous pouvez en toute liberté porter un jugement sur le tiers d’un cours de dix jours, mais en aucun cas sur le « kit complet ».

J’ai souvenir il y a quelques mois d’un méditant, docteur en physique, ayant pratiqué d’autres méditations dans un ashram en Inde dans le passé, et qui pestait contre les discours dont certains aspects lui déplaisaient fortement et sur lesquels il aurait voulu disputer. A ma surprise cela ne l’empêcha pas d’aller jusqu’au bout du cours, ce dont il fut reconnaissant, car tout bien considéré il n’avait rien à redire sur la pratique elle-même dont il avait pu faire l’expérience.

Le but d’un cours de Vipassana n’est pas d’atteindre le repos de l’esprit et le calme mental. Cela est très utile, c’est pourquoi on pratique Anapana au début d’un cours. Vipassana a pour but de purifier l’esprit jusque dans les niveaux les plus profonds de l’esprit dit inconscient, ce que ne peux faire une introspection purement intellectuelle. Et de vivre une vie plus paisible, plus harmonieuse, plus équilibrée, en affrontant les hauts et les bas avec un esprit équilibré. Ultimement c’est la libération de toutes les souffrances de l’existence.

J’ignore à quoi vous pensez lorsque vous évoquez votre grande expérience personnelle, en nous accusant de manipulation et d’abus de confiance. Et quelle ou quelles intentions cachées vous nous prêtez. Nous annonçons ce que nous faisons et nous faisons ce que nous avons annoncé.

Il arrive que des personnes temporairement très fragilisées par la vie, ou dépressives ou en deuil, fassent une demande de cours, et régulièrement nous leur conseillons d’attendre quelque temps (par exemple une année) car ce n’est pas le bon moment pour elles.

Il y a eu en France nombre de scandales relatifs à des sectes dans les années passées.

Comme vous l’avez lu les cours de dix jours durant lesquels on vient apprendre cette technique de méditation sont ouverts à toutes et à tous. Ils sont dénués de mercantilisme et entièrement gratuits car financés par les dons d’anciens étudiants reconnaissants souhaitant que d’autres puissent bénéficier de ce qu’ils ont eux-mêmes reçu gratuitement.

Je vous laisse juge si notre tradition qui remonte à l’enseignement du Bouddha dans sa pureté originelle est compatible avec un comportement et une organisation sectaires.

Les informations personnelles vous concernant sont déjà ou seront supprimées de notre logiciel d’inscription (il s’agit d’une procédure de routine que nous faisons lorsqu’un nouvel étudiant ne participe pas au cours en entier).

Je vous souhaite de trouver l’apaisement auquel vous aspirez, et de réussir dans votre épanouissement et développement personnel.

Bien cordialement,
Claude Chopin

Bonjour à tous, J'ai

Bonjour à tous,
J'ai participé il y a environ un an à une session de méditation de 10 jours à Dhamme Mahi près d'Auxerre et souhaite partager mon expérience.
Ne pratiquant pas la méditation auparavant et n'ayant que peu de croyances, je précise que j'ai 50 ans et vis certainement comme nombre d'entre vous, normalement.
J'avais parcouru l'ensemble du site internet , vérifié qu'aucun aspect sectaire ne filtrais sur internet comme sur les site gouvernementaux ( et oui j'étais un peu parano...)
Je suis arrivé sans a priori mais avec beaucoup d’appréhension à Dhamma Mahi, l'ambiance est austère, je suis prévenu et je viens au minimum ici pour trouver le calme, le silence et plus obligatoirement,
Le Bouddhisme et la méditation m'intéresse depuis l'âge de 12 ans , je suis un décu de T Lobsang mais ensuite convaincu par la parole de Boudha à près la lecture de Siddhartha de Herman Hesse vers l'âge de 16 ans ( en théorie seulement ). J'ai recommencé depuis peu, trois, quatre années à lire au sujet du Bouddha et en particulier le Bouddhisme au quotidien qui décris Vipassana
Entre le premier et le troisième jour, méditation Anapata.
En trois jours, je suis passé par des phases proche de l'abandon mais la progression personnelle, les rencontres avec l'enseignant que l'on peut voir soit en groupe soit en privé discuter de ses propres difficultés ainsi que les discours du soir de Goenka.
Au bout de trois jours de méditation, de respect du noble silence, de ne regarder que le sol et manger frugalement, je commence à comprendre, j'arrive à méditer en étant complètement concentré, Anapana en cours d'acquisirion , je suis en train de déconnecter et n'être que LA/ICI à méditer et uniquement méditer, je marche en méditant, je mange en méditant...
Effectivement, ce n'est pas dans notre culture d'être totalement isolé mais sincèrement, pour une bonne pratique l'isolement est ce qu'il y a de mieux. ( à la fin des 10 jours, je comprendrai mieux le pourquoi des cellules!)
Comme le dis Goenka, nous sommes venus de notre plein gré et connaissions les conditions dans lesquelles nous allions apprendre
Dans les discours du soir on retrouve un résumé de nos problèmes et appréhensions de la journée, expliqués par Goenka J.soir après soir
Entre le quatrième jours et le 10 ème Vipassana.
Expérience au combien enrichissante, pour moi le mot est faible, je comprends mieux le pourquoi du silence, les expériences sur le free flow, les sensations grossières et subtiles.....
Les Sankara, et oui, cela existe, on peut les identifier, les visualiser... Vous connaissez...
Pour finir, dix jours qui ont profondément changer mon comportement, mes enfants apprécie ma Zen Attitude depuis mon retour.
Je vais retourner servir, et oui, Dhamma Mahi ne vis qu'au travers des personnes qui ont suivi complètement les 10 jours et qui participent au développement du Centre en servant, aidant, ou finançant les cours,
Pour ce qui est des termes et de l'orthographe, je me concentre sur le fond
Que tout les hommes puissent vivre en paix et être heureux

PS cherchez un peu sur la méthode SN Goenka J dans Google, You Tube et autres, vous ne trouverez que des choses positives, c'est très dur mais très efficace, 10 jours c'est très peu de temps

Ces cours de 10 jours sont

Ces cours de 10 jours sont durs! Oui et c'est pour ça qu'ils portent tant de fruits pour celui qui accepte de jouer le jeu...

Mais il faut être préparé, avoir bien conscience de ce qui va se dérouler et dans quelles conditions.
Le code de discipline sur le site www.mahi.dhamma.org dit tout et ne cache rien.
C'est du silence, une absence de distraction, un travail intérieur et peu de choses pour nous éloigner de l'observation de notre "merdier" intérieur: peurs, jalousie, angoisse, sentiment d'insécurité, de supériorité ou d'infériorité, et chacun peut rajouter sa propre liste...
Vipassana, c'est accepter de voir les choses telles qu'elles sont et l'enseignement y mène pas à pas.
Mais il faut être prêt et avoir confiance. J'ai eu la chance avant mon premier cours de rencontrer quelqu'un qui pratiquait et était très inspirant. Je me suis dit "je veux ça!".

Le buddha a toujours dit de ne rien accepter parce qu'on le dit simplement, même si c'est le maître lui même d'ailleurs. Les discours du soir sont une aide jour après jour dans le cours et il ne s'agit pas de les "gober", nous ne sommes plus des enfants mais de prendre ce qui est porteur dedans. Si des choses nous choquent, nous pouvons toujours en parler aux enseignants qui nous ramèneront irrémédiablement à la pratique. Insistant sur le fait que c'est la pratique qui nous rend notre propre maître. Les réponses viendront. Laissons la théorie de côté, qui est la pensée d'un autre qui n'est pas nous et voyons si la levée des voiles intérieurs nous ramène près de la théorie dans une étape ultérieure.

Voilà pour moi la magie de cette méditation, de cette enseignement avec Goenka. Ce n'est pas de la magie d'ailleurs. On bosse. C'est dur. Mais l'atmosphère bienveillante et les règles sont totalement au service de la libération des êtres.

Une autre chose incroyable c'est que ce centre, ces centres ne fonctionnent qu'avec le soutien de bénévoles. Ce sont des gens qui ont éprouvé de la gratitude envers ce qu'ils ont reçu, tout ce qui leur a été offert sans rien attendre en retour: le logement, la nourriture, et l'enseignement bien sûr. Les enseignants ne sont jamais rémunérés. Il est un souhait de garder la pureté de l'enseignement. Le centre ne force personne ni à donner de l'argent ou de son temps. Il est juste expliqué à la fin comment il fonctionne et d'ouvrir la porte à ceux qui ont de la gratitude.

Je vous souhaite à tous de trouver votre voie. Une voie de libération des habitudes mentales négatives.

Une méditante depuis 12 ans dans le centre dont parle André Weill.

difficile de ne pas etre

difficile de ne pas etre attache a un point de vue ou une opinion.

comme il est dit dans le film "Martix", there is no spoon, et pourtant
il n'y a pas de cuillere.

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.