Vipassana à Dhamma Mahi



Goenka

Je devais suivre un cours de méditation Vipassana à Dhamma Mahi, dans la région d'Auxerre pendant 10 jours, du 23 février au 6 mars.
J'ai quitté ce cours au bout de trois jours.
Une semaine après, et avec le recul nécessaire, voici quelques lignes essentielles qui tentent d'exprimer pourquoi avoir quitté de manière anticipée le cours.
Ceci n'est bien sûr que mon ressenti, lié à une seule expérience. Si d'autres expériences contradictoires peuvent s'exprimer ici, you are very welcome.

1 J'étais venu assister à un stage de méditation. Je me suis retrouvé à subir un enseignement bouddhiste, dans un contexte pervers, car la clarté intellectuelle de tous les stagiaires (env 80 personnes) est affaiblie car :

2
- très peu de sommeil, peu de nourritures, confrontation au silence relationnel absolu.
- aucune confiance préalablement établie entre les participants
- ni entre les participants et le staff d'accueil ou d'enseignement,
- accueil par des mots dépersonnalisés, i.e. lecture froide 'un texte imprimé
- confiscation des objets de valeurs personnelles,
- interdiction absolue de communiquer entre stagiaires
- interdiction absolue d'échanger par le regard ou par le geste, etc ...

3
Comme dans tous lavages de cerveau, l'enseignement est froid et mécanique,
- hors de tout relationnel
- programmé comme un ordinateur,
- hors de toute humanité / convivialité
- discours ne déviant pas d'un iota de la "vérité" du maitre "bouddhiste" SN Goenka
- énoncé d'une vérité sans visage, car issue d'une voix off sur CD de SN Goenka,
- s'adressant à des stagiaires "objets" déresponsabilsés
- auxquels il est interdit de manifester toute réactivité physique ou émotionnelle, par exple pas le droit de s'étirer après deux heures d'assise.
- Le discours infantilisant du soir (SN Goenka sur CD) n'est jamais soumis à débat.

Mon expérience personnelle me fait dire ici que je ne recommande pas les méthodes d'enseignement telles que mises en œuvre à Dhamma Mahi lors de mon séjour. Elles m'apparaissent comme relevant de la manipulation et de l'abus de confiance.

Sincèrement

André Weill / http://www.andreweill.fr

Bonjour, En recherchant des

Bonjour,

En recherchant des expériences de méditants, je suis tombée sur votre article faisant état de votre scepticisme quant à l'aspect pur et non sectaire de ce cours.
Me concernant, j'ai suivi deux cours, l'un au Népal, l'autre à Dhamma Mahi dont vous parler...

Pour vous dire vrai, le quatre premier jours de mon premier cours, j'avais envie de fuir, de me sauver, cette prison qu'est la folie de notre mental était horrible à supporter, une torture... Toutes les raisons étaient bonnes, c'était sans doute une secte, la douleur physique et puis les autres méditants étaient trop ci ou trop ça. Et puis je ne voulais pas encore regarder que les agitations mentales ne venaient pas de l'extérieur mais bien de l'intérieur... Mais j'avais pris la ferme décision de rester, j'avais eu au cours de mes voyages l'occasion de rencontrer des personnes dotés d'une bienveillance pour autrui merveilleuse, des gens qui avaient réussi à dépasser leurs égos... Et l'un m'avait dit :"Vipassana est l'expérience la plus difficile de ma vie, mais elle m'a apporté un bénéfice incroyable". La seule chose qu'il a ajouter, c'est même si c'est très dur, reste. Et heureusement je pense que cette phrase d'un être que je respectais grandement était là pour me faire tenir le cap. Bref, je suis restée... La torture a commencé à se dissiper à mesure que mon esprit n'était plus un cheval sauvage, mais que je commençais à l'apprivoiser et à me rendre compte des contrées inconnues de mon être qu'il pouvait m'aider à visiter, j'ai commencé à ressentir un vrai apaisement... Puis une ouverture à la compréhension de soi non plus seulement mentale mais bien au niveau de l'expérience du corps qui va au delà des mots et de ce que je pourrais vous exprimer, en cela je ne vais essayer.

Mais l'envie de fuir fait partie du processus d'apprivoisement du mental qui se rebelle... et en ça, je crois que rester et faire une expérience loyale de la technique vaut le coup. Chacun ensuite décide, mais avec une vision complète...

J'ai refait un cours en France, encore une dure expérience, et tellement bénéfique.. Mais très déçue d'une seule chose, une traduction française qui perdait l'humanité d'un enseignement en anglais si vivant !!! Je pense qu'effectivement la tonalité de la traduction française est déconcertante, mais le fond reste, et finalement seule une pratique peut nous donner un point de vue sur la technique...

Si vous êtes intéressé par le développement de vos qualités et la dissipations de vos névroses (je considère que nous en avons tous et n'émets pas de jugement de valeur sur votre personne !), cette technique vaut le coup d'être tentée...

Chaque jour, on va plus loin... s'arrêter au quatrième jour ne me semble pas significatif...

Essayer de goûter un excellent gateau au tiers cuit... Beurk... c'est pas bon !!

Bien à vous

Bonjour à ceux qui irons

Bonjour à ceux qui irons jusque là et me lirons.
Si vous ne vous êtes pas arrêté aux premiers commentaires, n'ayons pas peur des mots, "complètement débiles", j'en suis ravi pour vous.
"Mal nourri", "confiscation de nos affaires personnels", "chance que l'on nous laisse partir", "piège", "manipulation", "lavage de cerveau", "robotisation de l'individu", je préfère arrêter ici l'énumération des sottises que j'ai pu lire.
Comment peut on critiquer un film en en ayant vu qu'un quart, comment peut on juger les choses sans en avoir fait l'expérience ???

Je ne vais pas m'acharner là sur ces gens qui n'on absolument rien compris à ces cours, mais tiens juste à rassurer tout le monde, il n'en ai rien, c'est juste pour ma part la plus belle rencontre que j'ai pu faire dans ma vie, je sors de mon troisième cours en trois ans et personne ne m'a jamais forcé à quoi que ce soit, et encore moins à rester pour "tenir la boutique" comme un disait, c'est vraiment n'importe quoi, même le don que vous pouvez faire à la fin, n'est pas obligatoire.

Bon vous qui êtes malins, je ne vous persuaderai de rien de toute façon et n'ai surtout pas à le faire ni l'envie, mais pour les autres, s'il vous plait, ne commentez pas des choses sans les connaitre, sans savoir de quoi vous parlez, taisez vous et c'est tout ou cracher sur cette fantastique méthode mais entre vous, entre idiots.

Merci d'avance, et pour ceux qui on envie de tentez "l' expérience", croyez moi, vous ne regretterez rien, au pire ça ne vous emballera pas, vous ne serez pas sensible à ça, bon pas de problèmes, mais si vous le fait, faite le jusqu'au bout car jusqu'au dernier jours vous comprenez pourquoi toutes ces choses : ne pas parler, ne pas communiquer, méditer et toujours méditer, pourquoi seulement un repas léger le soir et tout et tout et vous comprendrez bien des choses tous les jours de toute façon.

Bref ne vos poser pas trop de question, soyez prudent bien sur, il faut l'être, j'y suis aller en toute confiance car je m'étais bien renseigner avant aussi comme tout le monde car il est normal de douter, on vois tellement de choses de nos jours, tellement d'arnaques, de sectes, d’endoctrinement et tout ça mais franchement, allez y et vous verrez.

Bonne continuation à tous, même au plus pauvre d'esprit bien sur, surtout à eux, car c'est eux qui on le plus de chemin à parcourir.

Olivier
============================

Bonjour Olivier

oui, cet article provoque une quantité de réaction dont je suis le premier surpris
Visiblement les organisateurs à Dhama Mahi n'aiment que le stage soit critiqué ... ce qui est n'est pas surprenant, car en continuation directe avec le comportement dictatorial, pour ne pas dire plus, que j'ai connu.

Contrairement à tout ce qui est rapporté ci-dessus, je n'ai, quant à moi, aucun problème avec la sévérité de la discipline, dans la mesure où elle n'est pas exploitée pour rendre les gens docile à recevoir un message doctrinal.
Et c'est là que le bat blesse : je suis allé en Bourgogne pour participer à un stage de méditation et non pas pour recevoir tous les soir un discours bouddhiste lénifiant et infantilisant, préenregistré, présenté comme La Vérité unique, ni pour recevoir des injonctions tout aussi bêtifiantes (par exemple ne pas s'étirer ) sournoisement prononcées par un "petit chef".

voilà, je dors bien soyez tranquille
Ce sujet de Dhamma Mahi ne me préoccuperait pas plus que cela si je ne recevais pas une avalanche de réactions ... comme la votre. La lecture de ce qui précède me fait penser à des enfants qui "trépignent de colère" car j'ai osé dire du mal de leur papa, et non pas des adultes qui ont trouvé leur plénitude et réalisation dans la méditation.

Merci Olivier pour, je vous cite, "la parti rigolade"

Bien à vous
AW

J'ai enseigné plus de trente

J'ai enseigné plus de trente années dans les disciplines orientales, j'ai suivi 3 sessions de 10 jours auprès de Sri Goenka et une bonne quinzaine de week end de méditation en France. Aujourd'hui, je suis confronté à des conditions de vie à la limite du supportable. Je puis dire que sans ces pratiques il me serait absolument impossible de les assumer. Maintenant, je vis à Montpellier, j'aimerais rencontrer soit un "guide" bien ancré dans cette Voie, soit des personnes ayant suivi un parcours semblable et désireuses de pratiquer ensemble. Je n'ai trouvé aucun Centre Vipassana dans cette ville. Surprenant.
AA

destabilisation

destabilisation mental
rupture avec l'environnement
modifications des abitudes alimentaires
dévouement
pertes de l'esprits critique
réponse stéréotypé, discours type
manque de sommeil

mardi 5 arrivé au centre, je dois resigner la charte de vipassana,
je donne mes documents privé, teléphone,
une soupe discourt , méditation et faire le voeu du noble silence
Je me sent un peu angoissé de venir dans un lieu pour apprendre a venir méditer et je pense apprendre beaucoup sur moi

mercredi 6
debout 4h du matin méditation jusqu'a 6h 30
dans la salle ou dans la chambre
étant tres motivé je pratique sans relache mais le sommeille me viens vite , des douleur
Comme si mon corps refusai la pratique, sensation de douleur dans le dos (peut être une cervical de déplacé),
petit dej à 6h30 et reposjusqu'a 8h
impossibilité de parler de mon resenti
9h -10h méditation de groupe (plutot obligatoir)
10h-11h méditation dans sa chambre ou en groupe
je suis tres motivé je médite

11h repas

13h médiation dans la chambre ou dans la salle de médit

14h30 méditation collective

15h30 méditation en chambre ou collective

17h goûté 2 fruits pas plus

18h méditation collective
19h discours

20h30 méditation

21h30 extiction des feu repos

Détitation avec chant

jeudi 7 je médite 2 h de 4h à 6h et je me sent mal envi de vomir , bouffé de chaleur . je me leve de la méditation et pars vers le hall je m'assoie au sol , mal, je sor prendre l'aire je tombe au sol sur le derriere et respir je prends mon courage pour me relever je pense que c'est trop fort ici je suis mal j'arrive a attendre les toilettes et je reprends mon souffle la crise passe

7j je déjeune avec courage je me sent mal de ne pas pouvoir parler à tous le monde

je vais voir la manadger qui me di de parler a l'enseignante à midi

Je continu chaque méditation

A midi je parle avec l'énseignente de mon malaise

Elle me réponds que soit c'est ma position soit c'est un virus extérieur

Je continnu chaque méditation

Vendredi samedi dimanche Je continnu chaque méditation

Vendredi je vais encore lui parler pour lui dire que j'ai mal dans le dos. Elle me di ce doit être un probleme de méditation et que je peu bouger si je souffre trop

Samedi je lui di que c'est partique va a l'encontre de ma vie professionnel. Elle me di que le dahma sera avec moi.

C'est marqué dans le hall d'entrée qu'on peux parler avec l'enseignante le soir aussi apres la médit de 21h. Il est possible de parler seulement de de la technique ou du discourt mais pas d'échange phylosophique.

Comme chaque soir un discourt est donné . J'ai besoin de parler car des propos sexiste sont tenus, ne par réagir, parle de la souffrance.

L'enseigante me dis de ne pas réfléchir car ca va parasyter ma méditation.

Dimanche soir je réfléchi beaucoup et je me sent mal

Je fais de plus en plus de cochemart. Je décide de partir. J'ai une sensation d'enferment mental.

pratique de la techique vipassana : respirer et aller au scaner son de au en bas et verbalisant . ca c'est ma tete j'ai de la douleur. mes yeux lourd

diférencier les sensation, lourde, légére ou subtil. Ils ne disent jamais quelles sont les sensations subtil. Puis viendra la libération ultime.

Lundi 11 matin, je déjeune fais mes valisse et je vais voir la mandger pour lui dire que je souhaite partir. Elle me di d'aller voir l'enseignante. Je vais parler avec l'enseignante.

Je lui di que je veux partir.

Elle: c'est bien domage et pourquoi, vous êtes en colere. (le discourt et la pratique demande de respirer par le nez.

moi : non la technique marche bien mais je veux juste partir.

elle : Vous douter (tout c'est terme viennent du discourt, ce sont des réponses types). Ca vos mieux pour veux de rester.

Les cloches sonnent

8h elle : venez a la médiation, nous fesons attendre les autres

moi : prise de court je je dit que je vais venir essayer, mais que je dois m'organiser pour partir car je n'ai pas de voiture et que je dois partir tôt

Je vais méditer. Je tiens 1h avec des douleurs partout

Je suis épuisé

Le midi je pleurs énormément. Je marche des heures dans la bout

AU final je pense que ca viens de moi que c'est ma tristesse qui ma perturbé

Mardi, mercredi, jeudi passe. Je pense au camps de concentration. Je sent m'enfermer de plus en plus dans un mutisme. Je m'invente des jeux jonglage, jou avec un seche cheveu. Je suis tellement mal que j'ai besoin d'user de ma créativité pour survivre.

Je reste car je pense que ce sera plus pratique pour moi car j'ai un covoiturage avec Maya, Kristen et D...

Vendredi il est possible de parler Apres 9 h. Le 1er mot que je di c'est "C'était horrible"

A midi on peux récupérer nos bien , faire un don, documents pour s'inscrir à d'autres stage sont présent.

Je m'inscrit aux stages pour les enfants, et jardin avec méditation.

Je suis tres confuse dans ma tête depuis que ma voi est libéré. Tout le monde était mal (douleur). Je parle du discourt avec certaines afin de confronter mes idées. Tout le monde a l'air convaincu de tout.

Samedi on doit nettoyer le lieux. TRes bonne organisation.

Je rentre sur .... avec mon covoiturage.

J'arrive chez mon amie elle trouve que j'ai pris 10ans. Je lui parle comme si j'étais convaincu de la technique de tout mais je me sent confuse. Petit a petit je retrouve mon esprit critique, regarde internet, je fais des recherche et je me rends compte et prends clairement prosition que c'est une secte.
=========================
Merci de ce témoignage
Vous pouvez me contacter par mail sur ce blog !
Courage / André Weill

Namaste -- Tashi Delek --

Namaste -- Tashi Delek -- Bonjour à vous

La pensée est toute puissante , en effet, si vous avez cette idée d'une secte , vous êtes vous même une partie de cette secte.
Et vous êtes coincé dans vos propres idées, ceci est un état mental, c'est votre prison privée, mais rien ne vous empêche de trouver les moyens de la dissoudre,,,

Milarepa nous dit : l'idée de croire aux démons se révèle utile : elle permet de déceler leur manque de fondement.

Une croyance est une force qui vous aide si elle est sage , sinon la même force vous entraine dans des cycles de souffrances,,,
Si vous pensez que les anges vous aide et vous seconde dans votre tâche de méditation, alors il en sera ainsi, même si le travail est difficile.

J'ai 58 ans,je pratique le yoga,la méditation et (surtout) les bonnes pensées salutaires pour soi et les autres depuis longtemps,,,
En 2009 , j'ai découvert dans le centre vipassana de suisse cette merveilleuse technique que je n'ai pas eu de peine à pratiquer.
J'ai participé jusqu'à ce jour à 14 cours de dix jours en Inde au Népal et en Suisse.

Je remercie profondément tout ceux qui sont impliqués de près ou de loin au bon fonctionnement des centres de méditation, et j'encourage les chercheurs,chercheuses de vérité,de paix et de vie harmonieuse à avoir confiance dans cette technique toute simple qui est mise gracieusement à notre disposition dans les centres de retraite.

Puisse tous les êtres trouver le bonheur et les causes d'un authentique bonheur.
Puisse tous les êtres trouver le moyen de se libérer des chaînes liées à la souffrance et aux causes de la souffrance.

Amicalement
Thierry

=====

Merci de votre beau témoignage
Amicalement
André

Merci pour ce forum très

Merci pour ce forum très instructif sur le centre Dhamma Mahi.
Cette lecture a terminé de me convaincre de la qualité de ce stage de 10 jours, pour lequel il faut être très préparé.
Les règles imposées sont extrêmement dures, jusqu’à l'absence de gestes et de regards envers les autres, les 10h de méditation immobile.
Je comprends très bien que l'on ne tienne pas. Je vais m'y inscrire en espérant pouvoir supporter ces 10 jours...
Parvenir à laisser la théorie de côté, le raisonnement du mental, pour passer à la pratique et seulement à la pratique, concentré-e-s sur la méditation Vipassana, l'attention.

=======
:-) AW

Bon jour, Pour tous ceux qui

Bon jour,

Pour tous ceux qui sont sur le chemin, je conseillerais ce tres beau livre qui explique la meditation :
Manuel de meditation selon le bouddhisme Theravada de Ajahn Brahm edition Almora
Ce livre est vraiment bien fait, il explique pas a pas les ressentis des meditants qui pratiquent les meditations tel qu'anapana.
Lecture vraiment enrichissante qui vous donnera un autre angle de vision sur la "methode" proposée par Goenka. (ce n'est pas un moine issu de la lignée de Goenka mais un pur moine australien issu de la lignée des moines de la foret thailandaise)

Evidement, pour progresser, des multitudes de chemins peuvent etre pris, Goenka en propose un qui a l'avantage dans notre monde ou tout bouge rapidement, de nous proposer un endroit ou tout peu s'arreter et on entre dans le monde de l'etre et on du paraitre. Ne pas parler, ne pas echanger de regards avec les autres permet d'entrer en soi, d'apprendre a se connaitre et de tenter d'affronter nos peurs et nos coleres... Deux raisons a notre mal être qui nous empechent d'être juste.
Pour ma part, j'ai fais 3 sessions chez Goenka qui m'ont ete profitable et jamais j'ai ete sollicité (sauf a la fin du cour ou l'on peut donner ce que l'on veut ... rien ou plus) ... ce n'est pas ce que j'appellerai "une secte" ... et si vous en doutez... la plus simple des actions est d'aller voir sur le site du gouvernement francais qui reference toutes les sectes en france...

Bien a vous

Pierre Fargues
Artiste peintre
www.PierreFargues.com

Ps : je suis venu sur ce blog car dans un rapport de mon hebergeur, j'ai vu qu'une personne de ce site etait venu via un lien ... je ne m'en souviens pas, peut etre ai-je deja mis un commentaire ici ? ... mais, "PAS GRAVE" ... si d'aventure, le click vous titille, vous etes les bienvenues dans mes fenetres ouvertes vers un ailleurs (mes toiles ;-)

Re bon jour, je viens de lire

Re bon jour,

je viens de lire quelques commentaires ... (y'en a !!!)
Juste une chose sur la souffrance physique ressentie lors des assises...
Elle permet d'apprendre a se detacher de la douleur ... physique et morale...
Un resumé des 10 jours d'un cour :
3 premiers jours, ... anapana (on observe son souffle)
les 7 suivants ... Vipassana (on scanne son corps de haut en bas puis de bas en haut)
Le dernier, ... Metta (on envoie de l'amour aux autres et a soi-même)

bien sur, la souffrance physique est la quand on reste des heures assis sans bouger... mais elle est benefique ... Anapana permet d'affiner son esprit et vipassana permet de se detacher... Oh que c'est dur de sentir ses fesses puis de passer a un autre endroit alors que la douleur est intense... (je l'ai vecu ;-)
mais cela permet de comprendre par "soi-même" le detachement et que tout apparait puis disparait ... tant la douleur physique ... que morale.
Detaché de tout, (dans le bon sens du terme) sans peur ni colere...
Ce "stage" est une montagne a gravir, peut etre trop haute pour certains ... peut etre facile pour d'autres, la vie nous reserve des montagnes qu'il faut gravir pour grandir ... et si l'on rebrousse chemin... c'est que ce n'etait pas encore le bon moment... pas grave...
Nous sommes tous sur un chemin, certains au debut, d'autres plus loin... Mais il est sur que quelque soit le temps mis, tout le monde arrivera a la fin du chemin... même celui qui s'arretera ou qui rebroussera chemin, un jour, il y arrivera ... une vie ou des milliers ... pas grave ... tous on y arrivera ;-)

Bisous a toutes et tous... l'important c'est que vous etes en marche !!!

Pierre qui aime tout le monde ... meme les mechants car avant j'en etais un (je ne me rappelle pas quel vie ... mais j'ai du l'être ;-)

Ps : Il est bien ce blog et cette discussion car elle permet aux etres en marche de reflechir sur quel chemin ils vont prendre aujourd'hui... Goenka en propose un ... Le village des pruniers un autre, l'eglise catholique, ect ... d'autres...
L'important c'est que vous faites attention a vous et ayez envie de progresser sur votre chemin... a votre rythme... avec vos maitres ... vos lectures... en un mot que la spiritualité devienne votre priorité de vie.
Ne vous oubliez pas ... Vous etes deja Bouddha ... il n'y a qu'a le decider !!!

Vipassana est une technique simple, on

Bonjour, j'ai eu la chance de

Bonjour,
j'ai eu la chance de suivre trois cours de 10 jours avec SN Goenka,il y a une quinzaine d'années car j'ai aujourd'hui 68 ans.
Je suis immensément reconnaissant à un ami de m'avoir fait découvrir cette pratique bien que je ne sois pas un pratiquant
assidu,je médite ponctuellement quand le désir ou l'envie en moi se font sentir.
J'aimerais avoir la force de ceux qui peuvent pratiquer quotidiennement leurs deux heures par jour comme cela est conseillé
dans l'enseignement et pour qui cela est sans aucun doute une hygiène journalière physique et mentale indispensable.
SN Goenka m'a appris une chose essentielle...On ne réagit principalement dans la vie que de deux manières,l'une par rapport aux choses agréables ou évènements que l'on aime ou apprécie,l'autre par rapport aux choses désagréables ou événements que l'on aime ou n'apprécie pas.
Bien sûr,quand on aime et apprécie,on en veut,et on veut prendre et prendre encore car c'est bon !
Bien sûr,quand on aime pas et n'apprécie pas,on rejette,on repousse et on rejette encore plus fort,car cela n'est pas bon !
L'intensité et la force de ces deux RÉACTIONS,de vouloir trop prendre parceque c'est bon ou rejeter parceque cela n'est pas
bon,crée notre malheur et notre insatisfaction.Anitcha...
Non,l'enseignement de Vipassana n'est pas une secte mais un merveilleux cadeau.
,

Bonjour, je considère le

Bonjour, je considère le vipassana comme une belle petite secte très subtile, néanmoins effectivement chacun est libre d'interpréter la réalité tel qu'il le souhaite. Je vous invite à lire l'article que j'ai publié sur mon blog ( http://rex124.wordpress.com/ ) racontant l'enfer que j'ai vécu là-bas. A mes amis profondément influencés par ce qu'ils ont vécu là bas, je vous conseil de prendre en considération le fait que la raison, l'esprit critique, la remise en cause sont fondamentale, vivre dans l'illusion d'un fantasme de révélation entretenu est dangereux et aliénant, j'ai failli y perdre la raison, mes amis, ma famille.

Je citerai Kant : "Ose savoir ! Ose savoir que désormais, c'est à partir de toi, de ta pensée, de ta raison qu'il faut d'abord tenter de comprendre le monde et non pas d'une révélation ou d'une métaphysique."

Pour ceux que cette petite phrase a intéressé, je vous citerai aussi un extrait de Qu'est ce que les Lumières ? datant de 1784 :

"La paresse et la lâcheté sont les causes qui expliquent qu’un si grand nombre d’hommes, après que la nature les a affranchis depuis longtemps de toute direction étrangère, restent cependant volontiers, leur vie durant, mineurs, et qu’il soit si facile à d’autres de se poser comme leurs tuteurs. Il est si commode d’être mineur. Si j’ai un livre qui me tient lieu d’entendement, un directeur qui me tient lieu de conscience, un médecin qui juge de mon régime à ma place, etc., je n’ai pas besoin de me fatiguer moi-même. Je ne suis pas obligé de penser, pourvu que je puisse payer ; d’autres se chargeront pour moi de cette besogne fastidieuse. Que la plupart des hommes finissent par considérer le pas qui conduit vers sa majorité, et qui est en soi pénible, également comme très dangereux, c’est ce à quoi ne manquent pas de s’employer ces tuteurs qui, par bonté, ont assumé la tâche de veiller sur eux. Après avoir rendu tout d'abord stupide leur bétail domestique, et soigneusement pris garde que ces paisibles créatures ne puissent oser faire le moindre pas hors du parc où ils les ont enfermées, ils leur montrent ensuite le danger qu'il y aurait à essayer de marcher tout seul. Or le danger n’est sans doute pas si grand que cela, étant donné que quelques chutes finiraient bien par leur apprendre à marcher ; mais l'exemple d'un tel accident rend malgré tout timide et fait généralement reculer devant toute autre tentative. Il est donc difficile pour chaque individu de sortir de la minorité, qui est presque devenue pour lui nature."

A ceux qui nous souhaitent la paix intérieur ou la délivrance de la souffrance, je souhaiterai un bon repas et une bonne nuit de sommeil, merci à bientôt !

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.