Vipassana à Dhamma Mahi



Goenka

Je devais suivre un cours de méditation Vipassana à Dhamma Mahi, dans la région d'Auxerre pendant 10 jours, du 23 février au 6 mars.
J'ai quitté ce cours au bout de trois jours.
Une semaine après, et avec le recul nécessaire, voici quelques lignes essentielles qui tentent d'exprimer pourquoi avoir quitté de manière anticipée le cours.
Ceci n'est bien sûr que mon ressenti, lié à une seule expérience. Si d'autres expériences contradictoires peuvent s'exprimer ici, you are very welcome.

1 J'étais venu assister à un stage de méditation. Je me suis retrouvé à subir un enseignement bouddhiste, dans un contexte pervers, car la clarté intellectuelle de tous les stagiaires (env 80 personnes) est affaiblie car :

2
- très peu de sommeil, peu de nourritures, confrontation au silence relationnel absolu.
- aucune confiance préalablement établie entre les participants
- ni entre les participants et le staff d'accueil ou d'enseignement,
- accueil par des mots dépersonnalisés, i.e. lecture froide 'un texte imprimé
- confiscation des objets de valeurs personnelles,
- interdiction absolue de communiquer entre stagiaires
- interdiction absolue d'échanger par le regard ou par le geste, etc ...

3
Comme dans tous lavages de cerveau, l'enseignement est froid et mécanique,
- hors de tout relationnel
- programmé comme un ordinateur,
- hors de toute humanité / convivialité
- discours ne déviant pas d'un iota de la "vérité" du maitre "bouddhiste" SN Goenka
- énoncé d'une vérité sans visage, car issue d'une voix off sur CD de SN Goenka,
- s'adressant à des stagiaires "objets" déresponsabilsés
- auxquels il est interdit de manifester toute réactivité physique ou émotionnelle, par exple pas le droit de s'étirer après deux heures d'assise.
- Le discours infantilisant du soir (SN Goenka sur CD) n'est jamais soumis à débat.

Mon expérience personnelle me fait dire ici que je ne recommande pas les méthodes d'enseignement telles que mises en œuvre à Dhamma Mahi lors de mon séjour. Elles m'apparaissent comme relevant de la manipulation et de l'abus de confiance.

Sincèrement

André Weill / http://www.andreweill.fr

Bonjour, Je trouve que

Bonjour,

Je trouve que l'auteur à fais une description très injuste du stage de méditation à Dhamma Mahi.
J'ai moi même fais ce stage durant 10 jours en 2008 et je n'ai pas du tout perçu la même chose.

Vous avez 15 ans de yoga derrière vous ?
"On ne peu pas remplir une coupe déjà pleine", vous connaissez ce dicton comme tout le monde j'imagine ? Au début du stage on nous demande justement de vider nos coupes afin de tester loyalement la technique. Si vous l'aviez fais, vous seriez certainement resté 10 jours, mais au lieu de sa, vous avez préféré partir au bout de 3 jours pour vite allez poster un avis assassin sur internet.

Je trouve cela navrant !

Vipassana est une technique qui fais beaucoup de bien à énormément de gens depuis des décennies, mais encore faut il lui laisser une chance, et se donner la peine de finir les 10 jours !

Andre Weill commente : Dont acte, mais dire redire repeter et rerepeter ne change rien au debat ici ouvert
le caractere obsessionnel de ces reponses montre et confirme a quel point la verite derange. Sinon pourquoi tant d acharnement?
Il serait temps de se taire et d aller mediter, n est ce pas ?

Bonjour à tous, Voilà qui

Bonjour à tous,

Voilà qui prouve qu'il est préférable de se faire sa propre expérience ...personnellement j'attends avec une grande impatience de suivre ce cours de 10 jours...
fred

Vipassana selon Goenka a tout

Vipassana selon Goenka a tout d'une secte pour qui sait le reconnaître. Psychologue de formation, j'ai réalisé les 10 jours de méditation dans un but personnel aussi bien que spirituel. La dureté des règles est ce qui donne sa force et sa profondeur à la méditation. Malheureusement, ce cadre est également exploité dans un but d'endoctrinement grossier par son discours mais rendu opaque et aveugle pour des esprits déboussolés par la fatigue et le manque de stimulation (auquel peu d'européen sont habitué). Toutes les techniques de lavage de cerveau s'y retrouvent y compris l'hypnose. Il faut énormément de discernement pour se rendre compte du caractère profondément malsain et sectaire de ce type de vipassana. Pourtant certains détails ne trompent pas comme votre visage à la sortie; l'aspect de zombies- robots de vos camarades; le fait que parmi les "permanents" nombreux sont ceux qui n'ont plus aucun contact avec leur famille; et le grand luxe du lieu qui témoigne que les gens ont tendance à verser beaucoup d'argent à leur "sauveur", etc..

A ma grande tristesse, je constate que de plus en plus de personnes se tournent vers cette insidieuse secte, attiré par le défi sur eux-mêmes et cette quête de bien-être à visage unique. Pourtant, je ne connais pas une personne qui puisse affirmer avec le recul des années que leur vie s'est améliorée en terme de qualité depuis. Au contraire... Pourquoi selon vous?...

Ne suivez que votre voie et voix intérieur.
Soyez votre propre guide.
La vie est bonne

André Weill commente : Un merci personnel à Véro pour cet avis très professionnel qui traduit ce que j'ai perçu.

depuis 25 ans je pratique

depuis 25 ans je pratique Zazen en alternance avec Vipassana et en ce qui concerne Vipassana je me suis retrouvé confronté avec plusieurs formes d'enseignement dont celle de SN Goenka en suivant 5 cours, j'ai donc une bonne expérience et suis toujours un peu surpris de constater certaines critiques violentes dénuées de toute réalité, même si moi même ne suis pas d'accord avec tout , en particulier avec les discours du soir qui datent d'un autre temps et qui à nos yeux d'occidentaux pourraient être qualifiés parfois de sectaire...mais à part ce problème qu'il faudra rectifier maintenant que SN Goenka est décédé, tout ce que je peux lire d'autre est faux, tant au niveau de la nourriture variée, saine et non restreinte sauf le soir pour d'évidente raisons de capacité à méditer (je n'ai jamais rencontré quelqu'un mort de faim...) du sommeil amplement suffisant ( et personne ne vient vous tirer du lit par les pieds...) et de la liberté de partir puisque cela m'est arrivé une fois sans que personne ne m'interdise de partir et par la suite lorsque j'ai souhaité me réinscrire cela n'a posé aucun problème...
Quant à la liberté, de fumer, de parler, de téléphoner ...cela est clairement établi au début, personne n'est pris par surprise et cela à un sens pour pratiquer sérieusement...
Sinon, oui c'est dur mais je rigole en lisant des plaintes de ces pauvres petits occidentaux repus et bien trop gâtés qui ne supporte rien dès qu'on touche à leur petite liberté égoiste...

André Weill : Merci Pierre de votre témoignage. Je n'ai pas vu ou entendu ici ces plaintes misérables dont vous parlez. Merci de reconnaitre la véracité de "ces discours du soir qui datent d'un autre temps" qui sont au cœur de la méfiance sectaire ici exprimée. Ils sont dangereux quand ils s'adressent à des organismes fatigués, donc non critiques. . Les conditions de vie "dures" font baisser les défenses, ce qui est, j'en conviens, une bonne et excellente chose lorsque la confiance est établie. Le discours sectaire que fait que ce n'est pas le cas. Voilà ! Bonne continuation à vous et encore merci !

Je confirme la réponse

Je confirme la réponse apportée à André par le centre Dhamma Mahi.
Je suis sorti il y a deux semaines d'un cours de dix jours dont je mesure désormais chaque jour les (premiers!) bénéfices. Pour ma part, je n'ai absolument pas mal vécu les contraintes de discipline imposées pendant le stage, et ce pour les deux raisons principales suivantes : 1) j'en ai parfaitement été informé au préalable, lors du dépôt de ma candidature; 2)lorsque l'on comprend la technique, on comprend que ce sont là des règles qui ont un sens et un objectif, nous faciliter la progression dans l'apprentissage et non pas nous créer des difficultés supplémentaires.
Cette conviction, pour ma part je l'avais déjà lors du dépôt de ma candidature, et le déroulement du stage jour après jour, surtout après le quatrième jour lorsque l'on commence à pratiquer Vipassana, n'a fait qu'en confirmer le bien fondé. Je ne me suis par ailleurs jamais senti traité comme un "objet" ni "déresponsabilisé", mais plus simplement plongé, par des bénévoles, sans confort inutile mais avec bienveillance, dans un environnement favorable pour que je puisse me consacrer à 100% à l'activité méditative. Je n'ai pas non plus noté l'interdiction de manifester toute réactivité physique ou émotionnelle, puisque j'ai pu en observer, ni l'interdiction de s'étirer après deux heures d'assise puisque j'ai toujours pu le faire un peu plus de 5 minutes après chaque heure. Cela étant, il est vrai qu'il s'agit d'un cours exigeant et que je me suis bien souvent, surtout lors des premiers jours, demandé si j'allais pouvoir tenir jusqu'au bout. Le moral allait souvent en dent de scie, mais sans nullement remettre en cause la pertinence de la technique. Au contraire, les difficultés furent pour moi l'occasion de progresser et de vérifier par l'expérience directe que la technique fonctionne. Mais, pour cela, il faut nécessairement aller jusqu'au terme du cours. C'est ce que je vous souhaite de pouvoir faire un jour, ne serait-ce que pour pouvoir porter un jugement plus éclairé et puis, surtout, en mesurer pour vous pleinement les bénéfices.

S'agissant de la dénonciation

S'agissant de la dénonciation d'une dérive sectaire, je crois, avant de formuler un avis aussi peu nuancé que le votre, car les mots ont un sens, qu’il faut en revenir à la définition officielle de la chose (www.derives-sectes.gouv.fr) : "Il s'agit d'un dévoiement de la liberté de pensée, d’opinion ou de religion qui porte atteinte à l'ordre public, aux lois ou aux règlements, aux droits fondamentaux, à la sécurité ou à l’intégrité des personnes. Elle se caractérise par la mise en œuvre, par un groupe organisé ou par un individu isolé, quelle que soit sa nature ou son activité, de pressions ou de techniques ayant pour but de créer, de maintenir ou d’exploiter chez une personne un état de sujétion psychologique ou physique, la privant d’une partie de son libre arbitre,
avec des conséquences dommageables pour cette personne, son entourage ou pour la société."

J'ai beau chercher sur la base de ma propre expérience, je ne vois pas en quoi un cours de méditation Vipassana pratiqué au centre Dhamma Mahi participe d'une telle démarche. Chaque jour du cours, je n'ai eu de cesse d'entendre des invitations à ne pas simplement croire, mais à porter un avis sur la seule technique à partir de ma propre expérience directe. Jamais non plus je n'ai entendu la moindre incitation à s'isoler des autres, bien au contraire, et naturellement au-delà de ces 10 jours d'apprentissage dans lesquels le calme mental n'est rien d'autre qu'un prérequis à l'observation des sensations et au titre duquel les règles fixées dès le départ, connues et acceptées de tous lors de l’inscription au cours, prennent tout leur sens. J'ajoute que si la recherche du calme mental et le développement de la concentration peuvent donner l'impression, vu de l'extérieur, que les étudiants ressemblent à des "zombies", c'est avant tout un jugement qui s'appuie sur des apparences, en l’occurrence fondé sur votre seule perception visuelle et ce que votre esprit en aura déduit, extrêmement hâtivement à mon sens et quoi qu’il en soit en toute subjectivité. Quant à prétendre que développer pendant ces 10 jours l'attention, la concentration, le calme mental nous ferait perdre toute lucidité, tout discernement et tout libre arbitre, ce n'est ni intellectuellement très crédible, ni ce dont j'ai fait l'expérience pendant ces 10 jours.

Par ailleurs la définition d'une dérive sectaire c'est aussi, et surtout, in fine des conséquences dommageables vis-à-vis des personnes, ce qui me semble quelque peu différent du bilan fait par certains d’espérances / d’illusions déçues. Pour ma part, je n'aurais croisé à mon départ du centre que des gens avec le sourire (soit plus de 90% des entrants, les autres ayant quitté le cours avant la fin), et les seuls dommages que j'ai notés à ce jour depuis vis-à-vis de ma petite personne : je me lève désormais plus tôt tout en étant moins fatigué, je me sens plus calme et plus disponible vis-à-vis des autres dans mon travail comme dans ma vie privée, plus efficace aussi dans mes activités quotidiennes et avec un esprit plus clair. Alors, je ne sais pas si j’ai été manipulé, ou plutôt si, je l’ai été, au sens noble du terme, par une opération délicate menée sur mon esprit, dans le respect de ma volonté et en toute conscience, pour mon bien-être (et aussi celui de mon entourage, je l'espère. Enfin, en ce domaine j'en suis déjà au-delà de la simple espérance vu les premiers retours que j'ai eus...) avec des effets positifs d’ores et déjà constatés depuis sur celui-ci.

Enfin, s’agissant du « grand luxe » du lieu qui serait selon vous un argument de plus en faveur d’une dérive sectaire, je note que vous vous appuyez une fois encore sur un argument des plus subjectifs. Pour ma part, je ne sais pas ce qu’est le « grand luxe » tout comme je ne sais pas ce qu’est la richesse, ou plutôt si, je pourrais vous en donner une définition comme tout à chacun mais qui ne vaudrait que pour moi. Reste que je n’ai à aucun moment vu et/ou profité de dorures, de couverts en argent, de verres en cristal, de salles de bain en marbre… Non, j’ai observé la disponibilité, en pleine campagne, d’un certain nombre de constructions traditionnelles, certaines anciennes, d’autres plus récentes, bien entretenues, mais aussi avec pas mal de petits travaux à
faire, et au sein desquelles j’ai pu bénéficier pendant 10 jours d’un box de 3/4 m2 (surface de 2 m2 occupée par le lit incluse). J’ai aussi pu noter le coût de revient par étudiant, calculé et affiché par le centre de méditation, pour un cours de 10 jours (logement, nourriture…) : 22 € par jour et par étudiant. Je ne sais pas si c’est cela que vous qualifiez de grand luxe, moi pas vraiment, même si je ne me plains aucunement de la sobriété des conditions dans lesquelles j’ai eu la chance d’être accueilli, en totale cohérence avec les enseignements dispensés.

J’ajoute, pour en terminer sur la dérive sectaire et sa définition officielle, la seule qui vaille à mon sens pour ne pas s'écarter de la totale subjectivité et discuter sur une définition commune, que la société française dans son ensemble ne me semble pas ici de votre avis puisque, représentée qu’elle est aussi par le législateur, non seulement elle n'a jamais qualifié de telles pratiques de "sectaires" mais, mieux encore, les considérant d'utilité publique, elle les finance à près de 70% depuis de nombreuses années par le biais de réductions d'impôts accordées aux donateurs...

Un dernier mot pour conclure : Vipassana invite à rechercher les causes de nos insatisfactions en portant le regard à l'intérieur de nous même, plutôt que de le limiter à notre seul environnement extérieur, et à nos semblables en particulier, comme nous avons pris l'habitude de le faire.
A vous lire, je me demande si vous n'êtes pas ici également victime de cette habitude, vue comme une facilité à très court terme, mais qui se révèle être sans que nous en soyons pleinement conscients un redoutable poison à plus long terme.

Reste que Vipassana a le mérite de nous proposer un chemin totalement différent de celui que paraît être l'illusion. C'est aussi pour cela qu'il est difficile et qu'il est exigeant, en premier lieu envers nous même.

Bien à vous.
======================
Impossible de tout lire, j'espère que cette diatribe vous aura soulagé. Je vous souhaite la paix du cœur ! Bon allons méditer maintenant !
AW

Bonjour à tous!! j'ai fait un

Bonjour à tous!!
j'ai fait un stage Vipassana à Auxerre moi aussi en 2010 je crois et je peux vous dire que ça a profondément changé quelque chose en moi!! J'ai appris sur moi même et sur l'être humain, la maitrise de soi, l'acceptation des choses telles quelles sont, l'observation de mes réactions, mes émotions de façon détachée etc...

J'ai eu un moment de peur au début en pensant: "oh la la on dirait une secte!"
Mais deux de mes amis y était allé, revenue sain et sauf avec toujours autant leur libre arbitre.

Les restrictions sont nécessaire pour se concentrer sur l'essentiel, revenir à la source dans le silence, les échanges avec les autres se font à la fin en toute liberté et c'est souvent très intense, c'est pour ça qu'il faut aller jusqu'au bout pour vraiment vivre entièrement l'expérience.

Je comprends les peurs que vous avez eu je crois simplement que vous n'étiez pas prêt et que la peur a nourrie votre mental en trouvant une explication rationnel: "c'est une secte!"
Il faut être sceptique, je le suis, mais quand j'y étais je me suis fait confiance et me suis promis de garder mon libre arbitre, j'étais à l'affût d'éventuelles paroles suspectent et je n'ai pas tout gobé sans comprendre.
Mais cela fait des années que je lis des livres sur la spiritualité et que je m'intéresse à tout ça et je pense que ça m'a beaucoup préparée pour Vipassana.

Cela fait donc 4 ans que je n'y suis pas retourné et je n'ai jamais rien payé car j'étais vraiment sans argent à ce moment là, donc je ne vois pas ou serait la secte!!?

En tout cas cette année j'y retourne et je leur donnerais des sous selon mes moyens!

Bonne journée à tous!

Le but ici est d'échanger pas

Le but ici est d'échanger pas d'avoir raison!
Chacun a sa propre perception des choses.

J'aime l'esprit scientifique pour cela ou l'on doit toujours laisser la porte ouverte à une autre possibilité.

Il est bien aussi de savoir admettre que l'on se trompe et de se remettre en question, attaquer ne fait que braquer les autres que Vipassana nous convienne ou non!

Je ne veux donner raison à personne mais par expérience, je pense qu'il est quand même plus juste de parler de quelque chose quant on l'a vraiment vécue jusqu'au bout même si cela reste subjectif car chacun vit dans son propre rêve (Les quatre accords Toltèque, Don Miguel Ruiz)

Quoiqu'il en soit informons nous à plusieurs sources.

Amour et Gratitude à tous!!

Salut salut!

===
merci beaucoup Tamounette
AW

M. Weill, Lors de votre

M. Weill,

Lors de votre inscription, vous aviez pris acte que ce centre n'est ni le lieu de rencontre, ni pour faire le débat, la philosophie, ... Vous vous y êtes rendu en connaissance de cause, et vous avez réclamé le débat ... Il y a un problème chez vous.

Au lieu de prendre pour vous, votre propre capacité de ne pas pouvoir rester jusqu'au terme de la méditation, vous aviez pris la fuite et diabolisé le centre de méditation pour couvrir votre faiblesse. Il y a un 2ème problème chez vous.

Depuis votre publication jusqu'à ce jour, il y a 46 commentaires dont seulement 12 sont avec vous, 3 sont neutres et 31 sont pour le centre de méditation. Si vraiment vous aviez eu raison, vous auriez dû avoir plus de commentaires en votre faveur, mais ce n'est pas le cas à présent. Et il y a un 3ème problème chez vous.

Mobilisez vos amis à venir vous joindre pour inverser la tendance !!!

Bien cordialement,
====
Bonjour Mr le BCCA - Bien Cordialement Courageusement Anonyme -
Pour tout vous dire, vous pouvez aller méditer tranquillement, vous avez raison.

Vous le constatez vous-même, je ne cherche pas à avoir raison, je n'ai as d'égo scotché là-dessus.
Je n'ai pas de fan club, je ne cherche aucun soutien, aucune médaille d'or.
Je n'ai pas de gout pour les compétitions, les gagnants ne font que créer des perdants

Il y a longtemps que j'ai abandonné la blessure narcissique :-)
J'aime partager pour aimer et non pas dénoncer
J'aime partager car il n'y a aucune différence entre vous et moi, on est chacun partie de l'humanité

Je sais que la posture de l'autre ne fait que me renvoyer ma propre image, mes propres problèmes.
Et que l'erreur la plus grossière, malheureusement la plus fréquente,
c'est la certitude d'être dans le droit chemin et de dénoncer la fausse route du voisin.

Tout autant cordialement

Le problème c'est que pour un

Le problème c'est que pour un occidental c'est de l’ascétisme (le seuil de tolérance n'est pas le même actuellement en Occident qu'il ne l'a été en Inde il y a 2500 ans.)
Or le Bouddhisme étant la voie du milieu et non pas celui de l'ascétisme il y a alors comme une incohérence pour certains. Ce n'est tout simplement pas adapté à tout le monde, ce qui contredit alors la volonté d'universalisme mise en avant dans ce cours, manifestement.

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.