Yoga Sutra Patanjali I-4



I-4 Père-fils 256.jpg

Yoga Sutra I- 4 Sinon, ce n’est que (la vision) de la forme évolutive
Thomas Loggion 4 : L’homme vieux dans ses jours n’hésitera pas à interroger un tout petit enfant de sept jours au sujet du lieu de la Vie. Et il vivra.

Sanskrit : vritti mouvement changement impermanent sarupa formel, incarné,
Rappel : I-1 Maintenant, le yoga un enseignement I-2 L’apaisement du mental I-3 Alors, émerge la vision de l’incréé –du permanent
I-4 Sinon, ce n’est que (la vision) de la forme évolutive – l’extérieur, l’incarné

Commentaires
Dans YS I- 3 e I-4, Patanjali, dans sa psyché orientale, énonce le paradoxe du créé et de l’incréé. Opposition entre la vision de la forme et du sans forme.
La vision de l’incréé, du sans forme, ne provient pas d’une enflure du mental, de l’égo, mais justement de la disparition de celui-ci. Même vision chez Thomas qui interroge l’enfant de sept jours pour trouver le lieu de vie.
Le yoga c’est cette double vision (drashtu) de la condition humaine qui contemple d’un même regard l’absurde et la grâce. L’absurde de la poussière qui malgré tous ses louables efforts retourne à la poussière et la lumière qui naturellement et par grâce retourne à la lumière.
Dans cette poignante évocation des deux visions, Patanjali et Thomas semblent nous dire : soyez pont, passerelle, passage, passant. Passant de la rive du formel créé à celle de l’informel incréé. Passant du livre de la loi au livre de la Vie.
Autrement dit, il ne s’agirait pas tant de devenir de « bons yogis » – le bon yogi est nécessairement un état comparatif et temporaire – ni d’obéir à je ne sais quelle bible - que de s’éveiller à ce « je suis » intemporel qu’’enseigne (notamment) le yoga.
Le temporel ? La forme : Ce qui se compare, se mesure. La taille, le poids, la forme, l’intelligence, la force, la couleur, l’odeur, le QI, l’émotivité, la sensibilité.
L’intemporel ? Le sans forme. Ce qui est. Le Vivant. La beauté, la vie. Hors toute caractérisation, l’essence, la substance, la nature propre.
La photo : Il n’y a rien de plus opposée que al forme incarnée du parent et de l’enfant. Pour le silence immobile pour le cœur voyant, l’un et l’autre sont juste la Vie en déploiement. De la photo émane une beauté indépendante de la forme des personnages.
Pratiques
Posture en opposition, notamment posture inversée. Nous sommes passage, passants. Yoga des yeux. Assise immobile.
Citations
Le mot, l’explication, la description n’est pas la réalité factuelle, n’est pas ce qui est... lorsque nous observons ce qui se passe effectivement dans le monde et dans le tréfonds de notre conscience, cette observation peut demeurer pure, claire, directe, à condition de ne pas faire de ce que l’on observe une abstraction, une idée. Jiddu Krishnamurti

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.