Répondre au commentaire

Aya Sofia Mezquita - Noces d'Orient et d'Occident



Istanbul Cordoue.jpg

« En tout lieu de cette terre,
on est chez soi lorsque l’on porte tout en soi »
Etty Hillesum

Aya Sofia Mezquita
Noces d’Orient et d’Occident

Un projet de marche appelant à la rencontre et au dialogue
entre la Mosquée/Basilique Ste Sophie d’Istanbul et la Cathédrale/Mezquitta de Cordoue.

-Quand
De juin à décembre 2021 si condition virale satisfaisante
Sinon … s’adapter à ce que la Vie proposera.

-A l’initiative de ?
André Weill, pèlerin inter-traditions, en lien avec le projet du collectif CORDIS, et l’association Chemin de Shanti http://www.cheminsdeshanti.fr/. Suivi et infos quotidiennes : demander l’autorisation d’accès à la page « Noces d’Orient et d’Occident » https://www.facebook.com/groups/4590457097654932

-Motivations
* Dire, nettoyer, pardonner, les espaces de haine et de guerre.
*Donner et se donner l’opportunité de libérer nos corps/esprits de leurs croyances et identités meurtrières.
*Promouvoir et soutenir le collectif interreligieux « CORDIS ». Lire la lettre ouverte (09/2020 - https://www.letemps.ch/opinions/distanbul-cordoue) appelant les autorités à des initiatives de partages spirituels tant dans la mosquée/basilique Sainte-Sophie d’Istanbul que dans la cathédrale/mezquita de Cordoue.
* Honorer les artisans paix et bâtisseurs de passerelles et de « convivance ». Associations, individus, familles, groupes, écoles, artistes, congrégation, communes, prisons, hôpitaux.
* Accepter de devenir, ne serait-ce qu’un instant, l’invité de l’autre, à travers un simple rituel local. Une main tendue, un verre d’eau, un regard. Un chant, une salutation, un free hug.

-Hôpitaux, prisons, aéroports
Il n’est pas anodin de remarquer que ce sont les lieux de souffrance, de privation et de séparation qui offrent le plus d’opportunité de pratiques spirituelles partagées. Tout au long du parcours, ces lieux de séparation forcée, feront l’objet d’un temps et d’une attention particulière.

-Crimes et massacres
Ce n’est pas le moindre des enjeux de ce projet, que de revisiter les crimes et massacres de guerres perpétrés au cours des siècles au nom des nationalités et des religions. Mais aussi ceux dont nous, notre génération OTAN ONU, porte la responsabilité. Oser les contrepieds et les non-dits, s’évader de nos prisons mortifères. Ouvrir les bras, les fenêtres et les cœurs.

-L’itinéraire évoluera en fonction des circonstances politiques et surtout sanitaires. La base actuellement en est la suivante : environ 3800 km sur sept mois, de marche, rythmée par des temps de retrait intérieur. Départ le 1er juin de la Mezquita et la synagogue de Cordoue jusqu’à Tolède et Saragosse, un temps de cicatrisation après les massacres médiévaux de la « Reconquista ». De Saragosse à Bourg-Madame et Narbonne pour rejoindre le féminin sacré à la sainte Baume. Incontournables passages de réconciliation par Assise et Medjugorge, avant d’accéder aux lieux de haines et de massacres contemporains - Srebrenica, Sarajevo Mostar. Encore 1000 km pour rejoindre Ste Sophie la bien nommée. Arrivée prévue à Noël, Inch’Allah.

Résultats attendus
Non attachée à un résultat factuel, cette démarche spirituelle se dit « noces d’orient et d’occident ». Elle ne prétend rien car ancrée dans un regard qui ne sépare pas, l’advaita . Il n’y aura ni gagnants ni perdants, ni succès ni échec. Juste la vie qui se déroule dans la continuation d’une expérience personnelle entamée il y a plus de vingt ans sur les chemins de Compostelle et la découverte du Yoga de Patanjali. Pour plein de raisons, il se peut que cette marche n’arrive pas à son terme. Ce qui arrivera sera juste, dans le sens de l’enseignement de Ghandi : « Quoi que vous fassiez, ce sera insignifiant, mais il est très important que vous le fassiez ».

Répondre

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.